Catalogue

Metz, une ville dans la guerre 1914-1918 - Pierre Brasme

Prix: 28,00 €
Frais de port: 3,00 €
Quantité: Voir mon panier

Le 24 juillet 1914, dans son appartement de la rue de la Paix à Metz, Jeanne Haas prend sa plume pour écrire les nouvelles du jour et dire son inquiétude face à l'évolution de la situation internationale, qui se dégrade de jour en jour avant d'aboutir à une guerre dont l'Europe sortira déchirée et ensanglantée.
Sans le savoir encore, Jeanne Haas vient d'entamer un journal quotidien, un Journal de guerre, qui va la tenir en haleine jusqu'au 18 novembre 1918, alors que les troupes françaises s'apprêtent à faire leur entrée solennelle dans Metz délivrée.
Un journal volumineux de plus de sept cents pages, soigneusement calligraphié, conservé précieusement dans les archives de l'Académie nationale de Metz, et qui constitue un exceptionnel document d'histoire messine car, plus que le journal de Jeanne Haas, c'est celui des Messins, qu'ils appartiennent à la communauté " indigène " ou à la communauté " immigrée ".
Lire ce journal, c'est se plonger dans la vie quotidienne des habitants de Metz entre 1914 et 1918. Jeanne Haas parle des bruits de la guerre - le va-et-vient des soldats et des convois de blessés, le bruit du canon tout proche, les nombreuses attaques aériennes des Français (plus de sept cents raids !), les sonneries insupportables de la Mutte à l'annonce des victoires allemandes ; elle évoque, car elle les partage, les souffrances des Messins face aux restrictions alimentaires de plus en plus dures à supporter (au point qu'il arrive aux ménagères de se battre sur la place du marché) ; elle nous fait mesurer le poids de la propagande de guerre imposée par les autorités allemandes et la presse, et les dures contraintes liées à l'état de siège qui laisse tous les pouvoirs, au nom du Kaiser Guillaume II, aux mains des militaires. Écrivant son journal en toute clandestinité, elle est consciente qu'elle risque gros.
Mais Jeanne Haas est française de cœur et, au fil de ses commentaires, elle dévoile son irrépressible souhait et celui de ses compatriotes " lorrains " de voir Metz revenir à la France et la France à Metz. Elle jubile aux victoires alliées, s'attriste aux succès des ennemis de la France, se révolte devant la misère croissante de ses concitoyens, misère dont elle accuse la machine de guerre allemande.
Un tel document ne pouvait rester dans l'ombre. Avec ses nombreuses illustrations, il permettra aux Messins et à un large public de se plonger dans cette dure période… c'était il y a tout juste un siècle !

Pierre Brasme, professeur honoraire d'histoire-géographie et docteur en histoire contemporaine (université de Metz), est vice-président de l'Académie nationale de Metz et président-fondateur honoraire de la Société d'histoire de Woippy. À l'origine de la création du prix d'histoire régionale René-Paquet et de la revue Les Chroniques du Graoully, co-organisateur du Salon du Livre d'histoire de Woippy, il est l'auteur de nombreuses publications consacrées à l'histoire de Metz, de la Moselle et de la Lorraine, à la Révolution française et à la Première Guerre mondiale. Il est également l'auteur de deux romans et de la biographie de deux grands Messins, Benoît Faivre et Charles de Lardemelle.

                                                                                                                              Préface du général Jean-Claude Laparra
                                                                                                                                             
                                                                                                                        240 pages – beau livre cartonné - format 22 x 28 cm

                                                                                                                                    Collection "terre d'entre-deux"
 
                                                                                                                                        ISBN 978-2-37535-027-0